Décisions structurelles

Conférence Générale 24 avril - 4 mai 2012 à TAMPA (Etats-Unis)

Sur la nomination des anciens - Extension de diocèses - Nouvelle configuration de l’UMC - Contre le génie génétique dans l'alimentation humaine et animale - Contre toute entrave aux transactions commerciales avec Israël


Sur la nomination des anciens

Une nouvelle législation a été votée par la Conférence générale selon laquelle  les évêques et les cabinets seront autorisés à attribuer aux pasteurs anciens des postes à temps partiel.


Les évêques et leurs cabinets, avec l'approbation de leurs comités directeurs, pourront attribuer des congés non rémunérés à des anciens pour une durée transitoire de 24 mois au maximum.

C’est la fin de «la garantie de l’emploi» pour les pasteurs de la dénomination. 

C’en est fini de la "garantie de l’emploi" pour les pasteurs, ainsi en ont décidé les délégués de a Conférence générale. Cette clause avait été introduite en 1956 dans le but de protéger spécifiquement les femmes dans le pastorat, et les pasteurs qui appartiennent à une minorité ethnique.


Extension de diocèses

Une autre motion présentée par la Conférence de l’Europe du Centre et du Sud a été adoptée concernant l’extension de son ère géographique à la Roumanie et la Belgique. Une dernière motion mais relative à l’Afrique a été également adoptée, signe que le travail de l’EMU se développe. Enfin un quatrième diocèse a été créé dans la République démocratique du Congo.


La Conférence générale approuve l’autonomie du Carrefour des femmes

Par un vote de 889 voix pour et 20 voix contre, la Conférence générale a déclaré l’autonomie du Carrefour des femmes, une première pour l’Église depuis 70 ans.
«C'est très bon résultat pour les femmes méthodistes unies et pour l'Église et nous positionne pour les 143 prochaines années de mission», a déclaré Harriett Jane Olson, directrice générale de l'organisation nationale du Carrefour des femmes. 


Nouvelle configuration de l’UMC

Par un vote de 567 voix contre 384, la Conférence générale 2012 a donné son approbation de principe à une version légèrement modifiée du projet de reconfiguration des agences de l’UMC et la réduction de ses commissions.

Le plan établit la mise en place d’un Conseil général de la stratégie et de la surveillance qui supervisera le travail des agences de l'Eglise méthodiste unie à travers quatre programmes - Commission pour la formation des laïques, Conseil Mondial de la Mission (EMU), Église et Société, Commission pour la formation supérieure et le ministère. Tout en ayant encore leurs propres conseils d'administration, ces agences dépendront dorénavant du conseil général.

Le nouveau conseil général, avec 34 membres avec voix délibérative et 11 conseillers avec voix consultative, remplace la Table connexionnelle qui, depuis 2004, coordonnait les ressources, la mission et le ministère de la dénomination. Le nouvel organe élira un comité exécutif, un secrétaire général, qui ne pourra pas être un évêque, afin de coordonner le travail des cadres supérieurs des autres organismes.


Le Conseil général de la stratégie et de la surveillance aura le pouvoir de «refuser d'approuver des programmes ou des activités qui seraient des doublons inutiles au sein d'une agence ou entre deux ou plusieurs agences, ou qui par ailleurs ne parviennent pas à atteindre les résultats fixés».


Contre le génie génétique dans l'alimentation humaine et animale 

Au total, les délégués ont eu à traiter environ 1.200 motions. Avec de larges majorités, cinq amendements aux Principes Sociaux présentées par le Comité directeur de l'église en Allemagne ont été acceptés. Parmi ces amendements figurent un appel à des économies d'énergie et aux énergies renouvelables, l’exigence de définir clairement les aliments génétiquement modifiés et de ne pas utiliser ce type de fourrage dans l'élevage animal. En outre, les images sexistes et violentes dans les médias sont rejetées. Il était aussi stipulé que les objecteurs de conscience devaient faire l’objet d’un accompagnement pastoral.

Contre toute entrave aux transactions commerciales avec Israël

Deux motions ont été rejetées qui exigeaient le retrait des capitaux de l’EMU des sociétés ayant des relations commerciales avec Israël. La décision a été précédée par des campagnes publiques des deux bords. D'un côté, 1200 rabbins américains ont publié une déclaration opposée à un tel retrait de capitaux. D'autre part le journal Tampa Bay Times publiait un article de l’archevêque anglican d'Afrique du Sud Desmond Tutu qui rapprochait le traitement infligé par Israël aux Palestiniens à l’ancienne politique d'apartheid. Il était temps de mettre fin à la discrimination dont souffrent les Palestiniens.


Traduction eemni

UMNS