Accueil des délégations oecuméniques

Conférence Générale 24 avril - 4 mai 2012 à TAMPA (Etats-Unis)

Les invités œcuméniques sont accueillis à la Conférence générale 2012 de l’Eglise Méthodiste Unie à Tampa, en Floride, par l'évêque Sharon Rader Zimmerman (sur l'écran vidéo). Rader est délégué pour l'œcuménisme au Conseil des évêques de la dénomination. Les délégués de 24 Eglises en communion avec l'Église Méthodiste Unie ont été honorés. Une photo UMNS par Mike DuBose.

La Conférence générale a accueilli le 26 avril les délégués œcuméniques de 24 églises méthodistes unis ou affiliées à travers le monde.

L’évêque Sharon Zimmerman Rader a déclaré que la reconnaissance mutuelle entre les dénominations méthodistes permet une interaction créative et le partage de nouvelles formes de service chrétien.

Une majorité des 24 églises - au moins 13 se trouvent dans des pays d'Amérique latine et la région des Caraïbes-  et neuf en Asie - ont été fondées par des missions américaines qui constituent aujourd'hui l'Eglise Méthodiste Unie. Elles sont devenus autonomes ou se sont unies à d'autres chrétiens.

Une exception à cette tendance est l'Eglise méthodiste en Grande-Bretagne, le corps d'origine du méthodisme d’où a émergé le ministère du révérend John Wesley dans la seconde moitié du 18e siècle. Le mouvement méthodiste est arrivé en Amérique dans les années 1770. L '«église mère» britannique est en relation particulière à tous les méthodistes. L'Église méthodiste des Caraïbes et des Amériques a également de fortes racines britanniques. Les deux églises britannique et américaine ont mis l'accent sur l'envoi de missionnaires tout au long du 19e siècle et du 20e siècle et continuent la tradition aujourd'hui.


Célébration commune

Des dirigeants de l'église Pan-méthodiste se rejoignent au niveau de la Conférence générale 2012 de l’Eglise Méthodiste Unie à Tampa, en Floride De gauche à droite: évêque Sharon Zimmerman Rader, l'Eglise méthodiste unie, évêque Thomas Hoyt Jr., Christian Methodist Episcopal Church, le révérend W. Robert Johnson III, African Methodist Episcopal Zion Church, et l'évêque John F. White, African Methodist Episcopal Church. Une photo UMNS par Mike DuBose.

Après plusieurs centaines d'années de séparation, les membres de six confessions pan-méthodistes se sont engagés à renforcer leur collaboration.

La déclaration commune établit de nouvelles relations entre l'African Methodist Episcopal, l’African Methodist Episcopal Zion, l’African Union Methodist Protestant, la Christian Methodist Episcopal, l’Union American Methodist Episcopal  et d’autres confessions méthodistes.

L’évêque Sharon Zimmerman Rader, en charge des relations oecuméniques au sein du Conseil des évêque méthodiste uni, a noté que la reconnaissance des difficultés passées fait partie du processus. «Nous pensons que c'est un moment important dans l'ensemble de nos histoires», a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse précédant la célébration.


«Je crois que le meilleur pour le méthodisme est encore devant nous», a ajouté l’évêque John White. «Cette pleine communion nous donne l'occasion d’étendre notre témoignage dans le monde entier».


Les dénominations, qui coopèrent déjà sur des questions telles que les enfants et la pauvreté, auront désormais la possibilité de poursuivre un vaste programme touchant la mission. «Je pense qu’elle va donner un nouveau souffle à la commission elle-même», a ajouté le révérend Stephen Sidorak, Jr., responsable de la Commission Méthodiste Unie sur l'unité des chrétiens et les questions interreligieuses.


Nous sommes appelés à être des disciples œcuméniques, affirme le secrétaire général du COE

Le pasteur Olav Fykse Tveit donne le sermon pendant le culte du soir à la Conférence générale 2012 de l’Eglise Méthodiste Unie à Tampa, en Floride Une photo UMNS par Mike DuBose.

«Nous et les autres chrétiens dont la théologie, les traditions liturgiques et les contextes locaux peuvent être assez différents des nôtres, nous sommes appelés à être des disciples dans une optique transformatrice», a déclaré le 1er mai le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), à la Conférence générale 2012 de l'Église méthodiste unie à Tampa (États-Unis).

 

«Il est temps de suivre Jésus Christ dans l'inconnu et même dans ce qui peut faire peur.»

 

Le pasteur Tveit a prononcé ces mots dans sa prédication écrite sur le thème «Être des disciples sur le bord de la mer», à l'occasion de la «journée œcuménique» organisée dans le cadre de la Conférence, qui se tient à Tampa, Floride (États-Unis).

 

Le secrétaire général du COE a fait part de ses réflexions théologiques sur l'idée d'être des disciples œcuméniques, évoquant des exemples des combats que mènent les Églises en faveur de la justice et de la paix.

 

«Être un disciple œcuménique, cela signifie trouver un compromis entre la quête de la connaissance et l'acceptation d'une connaissance incomplète du mystère du Christ. Le cheminement commun nous amène à comprendre que nous pouvons aller de l'avant sans tout savoir», a-t-il déclaré.

 

Dans sa prédication, le pasteur Tveit a par ailleurs présenté le thème de la Dixième Assemblée du COE: «Dieu de la vie, conduis-nous vers la justice et la paix». L'Assemblée du COE se tiendra à Busan (Corée), en 2013.


Traduction eemni

UMNS / COE