Son Assemblée générale 2011

Précédent




Le témoignage de Michèle Warin

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen

Le témoignage d’une participante

Michèle Warin

Lorsque je me suis proposée pour être la représentante de l’église de Gennevilliers à l’Assemblée générale de l’UEEMF, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait.

Les débats très nourri s et les votes ont enrichi la journée de samedi. Je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise par l’organisation apportée à ce week-end.

Cette assemblée a été p our moi une découverte, mais aussi l’occasion de faire de nouvelles rencontres fort agréables. J’ai ainsi pu revoir des membres de la famille ainsi que des amis de très longue date.


L’apothéose a été le culte de dimanche matin à l’église de Munster. Accueil chaleureux, chants, musique et message apporté par notre évêque.

Un grand merci pour tous ceux qui ont contribué à cette organisation et plus particulièrement à ceux qui ont bien voulu me véhiculer à Munster.

Avec un soleil radieux, je peux dire que le Seigneur était bien avec nous tout au long de ce week-end et qu’il nous a guidés dans toutes nos décisions.

Le rapport du président Marc Berger

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen

Le rapport du président Marc Berger

« Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.

A notre Dieu et Père soit la gloire aux siècles des siècles.

Amen »

Chers frères et sœurs,


Ces versets de l'épître aux Philippiens m'ont particulièrement interpellé au début de l'année 2010 et m'accompagne depuis, à titre personnel, mais aussi dans mon activité de Président.

Je crois que cette bonté de Dieu qui pourvoit se manifeste aussi dans notre Union, là où des femmes et des hommes s'engagent pour lui, il pourvoit.

Nous avons pu le constater avec le Comité Directeur tout au long de l'année et dans des domaines bien différents.


Au cours de l’année passée, notre Père à appeler dans leur demeure céleste le Pasteur Samuel Lauber, Sœur Marlyse Kroenig et Madame Anne-Marie Waechter, l’épouse de Pasteur Albert Waechter. 


Nous sommes reconnaissants au Seigneur d'avoir permis l'arrivée des Pasteurs Jean Marc Bittner et Joël Déjardin qui ont rejoint notre Église au courant de l'été. Leur affectation à Metz et Munster à permis à ces deux Églises d'avoir à nouveau un pasteur. L'arrivée de Daniel Nussbaumer à Mulhouse et l'organisation de nouveaux circuits ont permis de pallier au manque de pasteur que nous déplorions. Mais tout n'est pas résolu, et certaines Eglises souffrent : la desserte de Mont-de-Marsan nécessite un engagement important des pasteurs d'Agen et de Fleurance et des amis et membres de Mont de Marsan ainsi que d’Agen et de Fleurance !


L'arrivée de Daniel Morata qui effectue une année de stage à Colmar et Muntzenheim avant de s'engager dans les études nous réjouit et répond aux prières de beaucoup pour que Dieu nous donne des Pasteurs.

Mais il n'y a pas que les pasteurs, et d'autres s'engagent, beaucoup d'autres. Je ne relèverai pas le défi de les citer tous. Permettez-moi de noter quelques domaines d'actions et d'engagements :

  • le Carrefour de Femmes : Elisabeth Lehmann a souhaité être relevée de la Présidence de cette activité. C'est Evelyne Marques (de Colmar) qui la remplace pour une petite étape de transition, m'a t'elle dit, seconder par Brigitte Hetsch comme Vice-présidente, Florence Déjardin comme Secrétaire et Annie Husser dans la fonction de Trésorière.
  • l'Ecole du Dimanche : sous l'impulsion de Muriel Brinkert et Florianne Van der Voort, un week-end a rassemblé des enfants des Ecoles du Dimanche des Eglises d'Alsace ici à Landersen. Les domaines des enfants et des jeunes sont un vaste champs de mission et le Comité Directeur a le souci de soutenir et développer le travail dans ces domaines. Notre surintendant Etienne Rudolph a accepté de rencontrer les responsables des groupes pour essayer de mettre en commun nos forces et nos expériences.
  • l'aumônerie de Béthesda où nos pasteurs mais aussi des bénévoles œuvrent « naturellement ». Les interrogations de plusieurs sur notre place au sein des établissements gérés par Bethesda ont rencontré les attentes du Conseil d'Administration de cette association qui a souhaiter la mise en place d'un « coordonnateur » pour le travail d’aumônerie dans ses structures. Un grand merci à Bernard Lehmann qui a accepté cette charge !


  • le Comité Directeur est aussi un lieu d'engagement au service de l’Église et de son Maître. Permettez-moi de relever l'assiduité d'un grand nombre à nos rencontres dont le rythme s'est un peu rapproché. Vous le voyez au rythme des « Lettres du Comité Directeur » que vous recevez après chacune de nos rencontres. Cette lettre est un outil de communication qui ne fonctionne que dans un sens et je vous invite à ne pas hésiter à faire part aux membres du Comité Directeur de vos besoins, projets, idées, remarques. Le Comité Directeur ne veux pas être un machin lointain qui réclame des chiffres (quand ce n'est pas de l'argent), envoie des « yaka » « faukon », mais une structure d'échange et de lien pour que nous puissions tous ensemble « amener des hommes et des femmes à suivre Christ ».
    Les rencontres du Comité Directeur sont souvent intenses et longues mais nous aimerions prendre du temps pour pouvoir inviter les personnes concernées selon les sujets traités. C'est la démarche que nous avons menée avec Regain et l’Église de Saint Jean de Valériscle au sujet de nos bâtiments là-bas. Nous continuerons probablement pour d'autres questions.
    Après de longues années d'engagement au sein du Comité Directeur et en raison de son activité professionnelle qui l’empêchait ces derniers temps de participer aux rencontres du Comité Directeur, Marie-Louise ACKER a démissionné. Conformément aux statuts, le Comité Directeur a procédé à son remplacement provisoire par Solange Tisserand (Metz). C'est ce remplacement que vous aurez à ratifier dans le point suivant de notre ordre du jour.

    Encore un grand merci à Marie-Louise
    Edith Buschenrieder a été désignée par le Comité Directeur pour participer au Conseil Stratégique en remplacement de Marie-Louise.


Vous vous doutez que le débat autour de la demande d’adhésion à la Fédération Protestante de France a beaucoup occupé le Comité Directeur depuis la fin de l’été. Nous aurons notre vote tout à l’heure sur cette questions mais j’aimerais dès maintenant remercier le groupe de travail qui a préparé les documents qui vous ont été transmis pour alimenter la réflexion dans les Eglises locales. Un grand merci à Jean-Ruben Otge, Etienne Rudolph et Jean-Philippe Waechter pour le temps et l’énergie qu’ils ont mis dans ces préparations.

Pour ne pas y ajouter un autre dossier, nous n’avons pas travaillé durant cette année sur la question de la Conférence Annuelle francophone. Nous reprendrons ce sujet dans les mois à venir avec les personnes désignées l’année dernière pour cela.



Dieu pourvoit …

Aussi du côté des finances ! Cela ne nous dispense pas de nous asseoir et compter.

Nous verrons le détail tout à l’heure mais il est tout de même à noter que l’année 2010 se termine mieux que prévu.


L’attention portée aux finances nous amène toujours à nouveau à la question du nombre de postes pastoraux que nous pouvons financer. Comment assurer la nécessaire solidarité entre Eglises et ne pas nous décourager ?

C’est précisément en réponse au soutien financier qu’il avait reçu que Paul écrivit ce « et mon Dieu pourvoir à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ. ».

J’aime relever le futur employé ici « Dieu pourvoira » …


L'Association « Centre de Vacances Landersen » a aussi vécu les bontés de Dieu. Elle a pu début 2010 procéder au remboursement anticipé du prêt de 500 000 FRANCS pour lequel l'Assemblée Générale de notre Union en 2001 avait accordé une garantie hypothécaire sur le jardin du presbytère à Jebsheim. Le prêt remboursé, cette hypothèque devient sans objet et les craintes que d'aucun pouvait nourrir quant à cette parcelle disparaissent.

Il y a quelques jours, j'ai également reçu un chèque en remboursement du solde des annuités d’un ancien prêt en Ecu pour lequel l'Union avait avancé les remboursements durant les années difficiles que le Centre à connu.

Le Président de l'Association, Joël Bauer, pourra probablement vous en parler longuement mais ces bonnes nouvelles financières ne signifient pas que tout va bien. Les difficultés ne sont jamais bien loin.


Comme nous l’avions décidé ici, il y a maintenant deux ans, nos pasteurs ont changé de régime de protection sociale, passant le 1er juillet 2010 à la CAVIMAC pour la couverture maladie, vieillesse, invalidité obligatoire complétée par des couvertures auprès de la compagnie AG2R La Mondiale. Cette modification ayant pour but d’améliorer la couverture sociale des pasteurs à coûts constants pour l’Union, la différence de cotisations entre l’ancien et le nouveau régime obligatoire a été réaffectée aux cotisations complémentaires.

Il reste encore quelques questions que je m’efforce de résoudre. La multiplicité des interlocuteurs, la complexité de certaines organisations, des difficultés à joindre le bon interlocuteur, le manque de temps ralentissent quelques fois la résolution des problèmes. J’espère quand même que la situation sera rapidement normale, tout le monde ayant les bonnes informations.


Nous voulons nous confier aussi en Dieu pour ce qui est de l’Eglise et du bâtiment à Saint-Jean-de-Valériscle. Comme vous l’avez lu dans la courte présentation qui était jointe à l’ordre de jour de notre Assemblée, après diverses rencontres avec le Conseil de l’Eglise de Saint-Jean et Pascal Maurin pour l’Association Regain, le Comité Directeur vous demande de l’autoriser à vendre les bâtiments que nous avons achetés là-bas en 2006. Nous aurons l’occasion de plus d’échanges lorsque nous traiterons ce point tout à l’heure mais nous croyons que dans cette vallée Dieu pourvoira aux besoins de ceux qui s’engagent pour lui.


Dieu pourvoira aussi au travers de ceux qui suivent les formations de prédicateur laïque que Joseline assure et pourront renforcer nos Eglises dans leur engagement. Les différentes rencontres de l’Ascension seront l’occasion de présenter cette formation ainsi que les possibilités de formation plus complètes proposées par la Faculté de Théologie de Vaux sur Seine.



Christian Waldmeyer, dans sa méditation avant l’élection du nouveau bureau du Comité Directeur, faisant un parallèle entre cette élection et la transition entre Moïse et Josué, traçant le parallèle entre le peuple d'Israël et notre Union, il disait : « Josué et le peuple étaient devant des terres à conquérir, notre Union aussi est devant des terres à conquérir ». Je vois dans cette comparaison un encouragement à rester missionnaire !

Comment vivre et partager la Bonne Nouvelle du salut en Christ au 21ème siècle ?

Comment amener aujourd'hui des hommes et des femmes à Christ ?

Là aussi, j'ai la conviction que si nous nous engageons, Dieu pourvoira.

C'est autours de ces questions qu'Etienne Rudolph nous fera réfléchir dans la deuxième partie de cette après-midi.


Tout cela pour qu’

«  A notre Dieu et Père soit la gloire aux siècles des siècles »



Landersen, le 2 avril 2011


Marc Berger

Président UEEMF

(fichier pdf 89 ko)

La méditation de l'évêque Patrick Streiff

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen

La méditation de l’évêque Patrick Streiff

D’entrée de jeu, lors de l’Assemblée générale de l’UEEMF à Landersen les 2 et 3 avril derniers, l’évêque Patrick Streiff nous invite à progresser dans l’apprentissage de la liberté chrétienne. 

Le printemps des libertés

Nous assistons actuellement au réveil des peuples arabes épris de liberté et de démocratie. Cette quête de liberté a une consonance spirituelle et renvoie à l’histoire du peuple d’Israël. Plongé dans la souffrance et l’esclavage en Égypte, le peuple a crié vers Dieu et Dieu l’a exaucé : Dieu entend le cri des marginaux et des sans-voix. Son attitude sera constante dans l’histoire du peuple d’Israël : il y a ce récit que nous connaissons tous avec la traversée de la Mer Rouge et l’engloutissement de l’armée égyptienne dans les eaux. C’était une victoire, mais cette liberté n’était pas acquise définitivement. Tout juste le peuple était-il en train de faire l’apprentissage de la liberté.

Plaintes et récriminations

Tout le monde a cette soif de liberté, mais il faut tout un apprentissage pour apprendre à vivre en êtres libérés. Après seulement trois jours de marche dans le désert, le peuple murmure et se plaint contre Moïse et Dieu. Puis, un mois et quinze jours à peine après leur libération, le peuple a la nostalgie du pays dont ils étaient partis et Dieu leur envoie cailles et manne. Peu après, ils se retrouvent dans un endroit sans eau, Rephidim, les murmures et les plaintes reviennent, ô que c’est dur l’apprentissage de la liberté, c’est dur de faire entièrement confiance en Dieu !

Puis ils arrivent à Sinaï ; il y a toutes les histoires autour du veau d’or et Moïse qui ne revient pas du haut de la montagne. Puis ils reprennent le chemin de la Terre promise, cela fait 2 années, 2 mois et 20 jours et ils recommencent à se plaindre et à un moment donné Dieu leur dit qu’il leur envoie autant de viande qu’ils en veulent au point de les en dégoûter. Puis ils se rapprochent du pays de Canaan ; ils envoient des espions dans le pays où coulent le lait et le miel. Ils reviennent commenter ce qu’ils ont vu. Ils voient que les promesses que Dieu a données sont vraies, l’abondance et la prospérité sont au rendez-vous, mais aussi des géants à leur faire peur ; résultat: l’assemblée murmure, pleure et se plaint de Moïse et veut se donner un chef pour retourner en Égypte. On reprend de nouveau et tout reste du pareil au même

C’est dur, cet apprentissage de la liberté au niveau des peuples, au niveau de nos sociétés. Nous voyons dans tous ces pays arabes qu’il ne suffit pas de chasser les anciens dictateurs et les pouvoirs en place pour réussir à construire une autre société où l’on se respecte.


« Le Christ nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres. Tenez bon, donc, ne vous laissez pas de nouveau réduire en esclavage. » (Ga 5.1)


À la chute du communisme, les pays de l’Est sont passés tous les quatre ans d’un régime à l’autre, du rouge au bleu, des ex-communistes aux patriotes conservateurs sans changer grand-chose à la réalité. Car tous ceux qui venaient au pouvoir voulaient profiter du pouvoir mais la réalité demeurait toujours la même… Beaucoup se sont dits « c’était mieux avant ». Avant les changements, la société assurait une certaine sécurité. Après l’écroulement du régime, la misère a gagné le pays, la soif et la faim étreignent le peuple comme jadis le peuple d’Israël. C’est dur d’apprendre la liberté au niveau social, peut-on faire remarquer, parce que tout à coup il faut prendre ses propres responsabilités. On devient responsable de sa vie et de ses choix, on doit les assumer et construire ensemble quelque chose de mieux qu’auparavant.

Et nous ?

Au niveau spirituel, dans l’Église, et dans la vie des chrétiens, c’est exactement la même chose : le Christ nous libère de toute autre domination, il nous réconcilie avec Dieu, mais comme c’est dur d’apprendre à vivre en hommes libérés (Ga 5,1 : « le Christ vous a libérés, ne tombez pas à nouveau sous le joug d’autres dominations »). Le Christ nous libère, mais combien c’est dur d’être libre ! Le peuple a beau voir que toutes les promesses étaient en passe de se réaliser, il ne voyait que les géants et ils en avaient peur.
À qui, à quoi regardons-nous dans la mission que nous vivons ? Voyons-nous les grappes de vigne de ce que Dieu nous promet ou les géants qui nous font peur ? Voyons-nous la foule de problèmes qui se posent à nous et la somme de tout ce qui nous manque ou faisons-nous l’apprentissage de la confiance en Dieu, en sa présence comme en ses possibilités ?

C’est dur d’apprendre la liberté, parce que cet apprentissage accroît notre responsabilité par rapport aux choix et aux engagements que nous prenons. Les promesses sont là : « le Christ nous a libérés, ne retombons pas sous un autre joug, vivons en hommes libres ».

N.D.L.R. : le texte a été établi à partir de notes. Nous avons gardé le style direct.

Projet VIE et Stratégie UEEMF

Le surintendant Etienne Rudolph a présenté les grandes lignes d’un document que chaque église locale est appelée à retravailler. Une discussion nourrie s’en est suivie.

Grille de lecture

Le «Projet VIE et stratégie UEEMF» propose des pistes de réflexion aux églises locales, une grille, un cadre pour les aider à réfléchir à leur rayonnement en tant qu’église locale et à mettre à jour le mandat missionnaire : «faire des disciples de Jésus-Christ pour transformer le monde».

L’Eglise méthodiste s’est donné cet objectif fondamental qui demande à être décliné en actions réalisables, mesurables, et si possible en des actions dynamiques et ceci à différents niveaux (église locale, AG, CA). Cette réflexion prend toujours plus d’importance. Avec cet objectif fondamental, on n’invente rien. Bernard Lehmann avait proposé en son temps le Projet VIE, une suite de pistes autour de trois verbes d’action: affermir, élargir, développer. A partir de ces verbes est établie une grille d’analyse.

1)  Affermir ou diminuer, diluer, se dissoudre
Il faut savoir localement qui nous sommes, où nous en sommes et quelles sont notre base et notre perspective. Le premier objectif est donc de prendre conscience où en est l’église locale : il s’agit en quelque sorte de faire une carte d’identité des lieux : on part d’où pour aller où ? (survol de l’église locale, circonstances de son implantation, ses points forts et ses points faibles, pyramide des âges de l’église, son contexte sociogéographique, son environnement social).

2) Elargir ou rétrécir

Souvent, on s’est focalisé dans l’église locale  sur diverses questions centrées sur le résultat, du genre: Comment améliorer l’accueil dans l’église ? Comment garder les nouveaux arrivants ? Comment on se distingue des autres églises ? Quelles actions innovantes pour les jeunes ? Comment augmenter nos finances, Quel devrait être les tâches prioritaires ? Quelle forme de culte ? Quel type de liturgie ? Quelles priorités dans l’église?

Ces questions concernent toutes les résultats. A se focaliser sur les résultats, on a vite fait de se culpabiliser et d’engendrer de la déception.

Etienne Rudolph propose de changer de perspectives et de poser les questions sous un autre angle. Celui de notre motivation à vivre en chrétien dans l’église : Pourquoi pensons-nous que les gens ont besoin de Jésus-Christ ? Pourquoi les gens auraient-ils besoin de l’église ? Pourquoi les gens auraient-ils besoin de notre église?

Il est sage de se donner du temps, le temps de plusieurs rencontres dans les six mois à venir pour réfléchir à ces questions : quelles sont les actions que nous avons faites qui sont de nature à nous encourager et à motiver la communauté tout entière dans l’application du mandat missionnaire ?

3) Développer ou maintenir

Fait-on de la maintenance ou vise-t-on le développement ?  Dans notre fonctionnement actuel, objectivement, de qui dépend notre église locale ? De l’engagement de chacun ? Seraient-ce toujours les mêmes à aller au charbon ? …. Des spécialistes, du pasteur, des moyens financiers ? Ça dépend des spécialistes pas si spécialisés, du pasteur ? Comment les dons de chacun sont-ils valorisés ? Comment les services, dons et ministères sont-ils exercés ? Dans une église locale, des ministères sont-ils hypertrophiés,  et d’autres sont-ils non valorisés ? Quelle action de témoignage a-t-elle été menée dans l’église, dans le quartier, qui ont eu pour résultat de nouvelles venues ? Des ministères ont-ils permis à des gens d’avancer spirituellement ? Que nous manque-t-il à ce jour ? De conviction, d’encouragement, de discipline, de formation, de volonté? Nous manque-t-il de méthode, de technique ? Peut être nous manque-t-il un peu de tout !

Etienne Rudolph suggère que l’on fasse localement un peu de prospective pour savoir dans quel état nous aimerions trouver l’église dans 5 ans, dans 10 ans ou dans 15 ans? Pourquoi la voyons-nous ainsi ? Comment parvenir à ce stade ?

Différentes les unes des autres, nos églises locales ont chacune quelque chose d’unique Chacune a sa spécificité. Au-delà de leurs différences, nos églises ont quelques traits en commun : le vieillissement de ses membres, la difficulté à se renouveler et à accueillir de nouvelles personnes, la difficulté à témoigner dans un monde toujours plus complexe… Avec des gens de plus en plus indifférents et même parfois très hostiles.

Accompagné d’une commission, Etienne Rudolph est prêt à initier un processus de réflexion dans les églises locales qui en feraient la demande : ces personnes de l’extérieur sont susceptibles de porter un regard neuf et frais… Il évoque aussi un certain nombre d’outils existants: Schwarz, mais aussi au sein de notre église : Bildung Beratung…

(fichier pdf 52 ko)


 (fichier doc 32 ko)

Diaporama

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen


AG 2011 Les principales décisions

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen

Les principales décisions

Une centaine de délégués, pasteurs et laïcs, du district francophone de la Conférence Annuelle Suisse/France/Afrique du Nord s’est donné rendez-vous au centre de vacances de Landersen pour son Assemblée générale réglementaire (AG de l’UEEMF).


Le printemps des libertés

D’entrée de jeu, l’évêque Patrick Streiff a attiré l’attention sur le réveil des peuples arabes et les leçons à tirer. La liberté, ça s’apprend. Il faut du temps comme il a fallu du temps au peuple

d’Israël pour faire l’apprentissage de la liberté : ce n’est pas du jour au lendemain qu’il a appris à faire confiance à Dieu et à ses promesses. Il était tenté de rebrousser chemin quand les géants lui barrèrent la route à la Terre promise. Aujourd’hui encore le choix est entre la marche en avant dans la confiance en Dieu et le retrait à cause des « géants » qui font obstacle (voir la méditation qui ouvre ce numéro).

Demande d’adhésion à la Fédération protestante de France

En 2010, l’AG s’était prononcée en faveur de l’adhésion de l’UEEMF au CNEF comme membre fondateur, en signe de son attachement à l’aile évangélique du protestantisme.

En 2011, la même AG s’est prononcée en faveur de l’adhésion de l’UEEMF à la Fédération protestante de France pour montrer cette fois son ancrage dans la Réforme.

La double appartenance appartient à son identité propre : être un trait d’union entre les églises historiques (luthéro-réformées) et les églises issues du Réveil (évangéliques).

Le comité directeur avait transmis dès le mois de décembre à chaque église locale un document d’étude complet sur ce projet d’adhésion. Un dialogue s’est engagé entre les églises et le comité directeur avant que les églises ne se prononcent.

Un premier vote portait sur les conditions du vote : même si la majorité simple aurait suffi au regard du règlement de l’Église, 51 délégués sur 89 ont préféré relever la barre aux 2/3 des voix.

Le second vote qui s’en est suivi indique plus de 80 % de votants favorables à l’adhésion de l’UEEMF à la Fédération protestante de France : sur 89 votants, 71 voix pour, 16 voix contre et 2 abstentions.

La décision a été accueillie paisiblement par l’assemblée.

Intégration de Solange Tisserand au Comité directeur

En remplacement de Marie-Louise Acker, démissionnaire, l’Assemblée générale désigne Solange Tisserand, président du conseil de l’église de Metz comme membre du comité directeur national.


Autorisation concédée au CD de vendre la propriété de St Jean de Valériscle

Après une longue et vive discussion, l’AG donne l’autorisation au comité directeur de procéder à la vente de la propriété de Saint Jean de Valériscle en son temps et en son heure tout en veillant aux intérêts de l’église et association locales.

Présentation du document «Projet VIE et stratégie UEEMF»

Au nom du comité directeur de l’Union, le surintendant Étienne Rudolph a proposé ce document comme cadre de réflexion et grille d’analyse pour les églises locales. Dès l’AG, les discussions sont allées bon train, elles devraient se prolonger dans les églises locales et déboucher sur des mesures permettant leur renouvellement. Tel est l’objectif visé. Le document est accessible sur le net.

Culte en soirée

En soirée, deux églises feront l’objet d’une présentation, Saint-Imier et Codognan ; après quoi, le pasteur Daniel Nussbaumer conduira un culte et célèbrera la Sainte Cène. L’offrande recueillie à cette occasion (945€) sera remise à l’église sœur en Côte d’Ivoire affectée par la guerre.

Assemblée Générale de l’UEEMF les 2-3 avril 2011 au centre de vacances Landersen