Vendredi - rapport du conseil stratégique


Conférence Annuelle 16-19 juin 2011 à OBERWINTERTHUR / ZURICH

Conseil stratégique 

La plupart des communautés locales ont pris à cœur la réflexion du Conseil stratégique et l’ont même reprise à leur compte, déclarait Jörg Niederer devant la Conférence annuelle vendredi matin. Il est réjouissant de voir le nombre de communautés locales reprenant la thématique du Conseil stratégique, certaines d'entre elles sont sur la bonne voie. Mais ce n’est qu’un début, assure-t-il.


Le vrai travail nous attend. Dans le retour des églises, il est apparu que le projet du Conseil stratégique a déclenché dans certaines communautés locales des craintes: la crainte d’efforts démesurés, la peur de devoir subir des pressions extérieures. Plusieurs circuits ont exprimé leur crainte d’être débordés par cet appel à sortir de ses habitudes et de son cocon communautaire. Il est vrai sur le plan théologique que dans une communauté locale, on doit pouvoir reprendre du souffle et à reprendre pied, pouvoir se ressourcer dans l’église locale. Mais si l’église est ce lieu où l’on peut être porté par les autres, , elle est en même temps le lieu d’où l’on part à la rencontre des autres.

Dans d’autres communautés, on discute de pourcentage d’engagement des pasteurs.

Joerg Niederer fait remarquer que la direction de l’Eglise n’a reçu que peu de souhaits concernant l’aide que pourraient apporter les organes de l’Eglise. Peut-être bien que les gens n’ont pas conscience de leurs besoins, peut-être bien aussi que le Conseil stratégique devrait davantage intervenir sur le plan local.

De fait, on est aujourd’hui entré dans un processus de dialogue pour permettre aux églises de prendre un virage et prendre un nouveau visage.

Il est temps dans chaque église locale de se pencher sur les tâches à accomplir.


Sur la base de ce rapport, la parole est donnée à l’assemblée, aux représentants de deux circuits cités en exemple pour avoir essayé d’appliquer les principes du Conseil stratégique dans leurs communautés respective.


Pasteur Markus Kleiner de Schwarzenburg ...

et pasteure  Andrea Brunner de Zürich-Est


Peter

«Tout a commencé en 2007. Une idée perce un jour quand il faisait du jogging : «c’était comme si Jésus nous disait : j’aimerais m’offrir 100 personnes». «Pourquoi avancerais-je ce chiffre à mes gens ? Alors, Seigneur, confirme-moi ce chiffre». 5 jours plus tard, nous avons reçu 130 FS ; à partir de là, il fallait que je fasse quelque chose avec ce chiffre. Depuis, nous sommes convaincus en tant que communauté de Scharzenburg d’avoir reçu cette direction de la part de Dieu. 2 ans ½ après, nous avons dit à nos membres de réfléchir à cet appel de Dieu. Tout le monde était convaincu du sérieux de cette vision. Depuis nous sommes en chemin. Nous voulions commencer très simplement par la prière : chaque personne prie pour une personne encore éloignée de Jésus, le principe du1X. Nous partageons notre vécu, ce que Dieu fait au niveau de ces personnes tout en continuant à pratiquer Alpha Live.

A ce jour, nos locaux sont déjà trop petits, aussi établissons-nous un groupe de travail pour réfléchir à la suite.

Pour conclure, ce qui m’a frappé, ce qui est vraiment déterminant, ce ne sont pas les offres, ce qui est déterminant, c’est la manière dont nous pensons : la promesse de Dieu, la vision de Dieu joue un rôle essentiel.

Quand nous avons cette conviction de la  part de Dieu, alors cela va marcher. A partir de là, on agit différemment. Il faut tout simplement aimer les gens. Comme Jésus a su aimer les autres jusque dans leur misère. Depuis je me dis qu’il me faut refaire du jogging.»


______



Andrea Brunner

«Je viens d’un circuit où les membres des communautés sont confrontés au niveau personnel et communautaire au renoncement et au lâcher prise : nous avons dû prendre congé de personnes, renoncer à la santé et à des activités, et renoncer, c’est accepter de mener le deuil et poursuivre notre engagement de foi tout en gardant l’espoir.


C’est un processus, et dans ce cadre-là, nous nous sommes assigné des tâches, nous nous sommes penchés sur les objectifs fixés par le Conseil de stratégie.


On se demande quelles sont les tâches que le circuit doit accomplir : «renforcer notre relation au Christ et ainsi rendre dynamique le témoignage rendu au Christ». Tous doivent s’y employer quel que soit la responsabilité.

Renforcer la relation au Christ et devenir témoins vivants : une tâche qui se fait dans les petites choses et non pas seulement dans des grands événements.
Une femme vivant dans un foyer de personnes âgées me déclarait : «la mission prioritaire de notre église est peut-être d’être proche de ceux qui sont très loin (paroisse de Bulgarie partenaire), et tout près (voisin de chambre)».

Voilà des questions qui me poursuivent : qu’est-ce qui me fait battre le cœur ? Quelle est ma passion ? La stratégie peut-elle m’amener à réfléchir à ma relation au Christ ? Nous avons de moins en moins de ressources, nous constatons des manques ; suis-je prêt à m’engager ? Est-ce que j’accepte les consignes du conseil stratégique ?

Voici notre espérance, que nous nous laissions encourager dans le silence par le Christ : parlons ouvertement avec Lui de la manière dont nous voulons avancer avec lui !  Réjouissons-nous de la possibilité pour certaines paroisses d’être renforcées par un partenariat avec une autre paroisse.
Ces questions sont de nouveaux défis à relever.


Autres réactions au rapport 


Les réactions et les attentes sont variables d’une paroisse à l’autre. Alors que Zurich-est a pour objectif de renforcer la communion avec le Christ, Schwarzburg a pour but de «faire totalement confiance en Dieu».


Le processus initié par le Conseil de stratégie, qui s’étale sur huit ans, sera suivi, soutenu et encouragé dans les paroisses locales par le Conseil stratégique. Les communautés locales élaboreront une feuille de route pour la suite, déclarait Joerg Niederer.

Il devrait y avoir notamment un soutien ciblé à de la formation et l’examen des structures en place pour vérifier leur adéquation.

L’«Esquisse pour l'objectif de résultat » réalisé par un groupe de travail est une bonne base de discussion. Le document émet le constat critique l’appel du Conseil stratégique ne diffère en rien aux appels et aux initiatives précédentes. À quoi devrait ressembler la stratégie  mise présentement en place des précédentes pour pouvoir apporter des changements durables? Le groupe de travail créé ad hoc pour cette Conférence répond à cette question. 



LE RAPPORT

Les directives relatives au Conseil stratégique définissent ce qui suit: 

Compétences: 

- Le Conseil stratégique agit sur mandat de la Conférence annuelle. Il peut charger les organes de la Conférence annuelle de la mise en œuvre de la stratégie adoptée par la Conférence annuelle. Les organes doivent baser leurs objectifs et leur travail sur la stratégie adoptée par la Conférence annuelle; 

- le Conseil stratégique peut demander aux organes de corriger l'orientation stratégique de leur travail. Les corrections requises doivent être respectées et mises en œuvre par les organes. 

Responsabilités: 

Le Conseil stratégique est chargé de l'élaboration, de la mise en œuvre et du contrôle de l'orientation stratégique de la Conférence annuelle CH/F. 

Composition: 

Des changements dans la composition du Conseil stratégique interviennent régulièrement en raison des départs et arrivées au sein du Cabinet, de l'exécutif du Comité directeur suisse et de la représentation du Comité directeur français. 

1. De la mise en Œuvre de la stratégie 

Durant l'automne qui a suivi l'approbation de la stratégie par la Conférence annuelle 2010, le Conseil stratégique a décrit dans une lettre adressée aux membres de la Conférence annuelle, à l'intention des circuits, et aux présidents compétents, à l'intention de leurs organes, les tâches à accomplir dans la perspective de la mise en œuvre de la stratégie. L'objectif de résultat a) contenait la consigne suivante: «Tous les circuits et organes de la Conférence annuelle auront défini, dans un délai d'un an, des mesures concrètes destinées à les aider à atteindre l'objectif-cadre dans leur propre domaine d'activité.» Dans sa lettre, le Conseil 

stratégique expliquait qu'il s'agissait dans un premier temps d'identifier la manière de mettre en œuvre l'objectif-cadre à court et à moyen terme. Il a ainsi chargé les circuits et les organes d'élaborer au moins une «feuille de route» exposant les étapes et processus concrets prévus pour la mise en œuvre. Au moment de la rédaction du présent rapport, le Conseil stratégique vient de recevoir les premières réactions des circuits et organes. Une synthèse des réactions collationnées sera présentée dans le cadre d'un rapport complémentaire à la Conférence annuelle qui inclura également les besoins de conseils et de formation (objectifs de résultat b) et c) exprimés par les circuits. 

En ce qui concerne l'objectif de résultat f),un groupe de travail a préparé une «esquisse» de plusieurs pages qui a préalablement été présentée et discutée au sein de la Commission pour les questions théologiques et ecclésiastiques. Vous trouverez ce document en annexe au rapport. Lors de la session de la Conférence annuelle, vous aurez la possibilité de prendre brièvement la parole pour indiquer quelles affirmations, parmi toutes celles figurant dans cette esquisse, vous paraissent utiles pour la suite de la mise en œuvre de la stratégie. Nous remercions le groupe de travail pour cette esquisse sincère et stimulante. 

Nous remercions aussi «Théologie en discussion» d'avoir organisé, durant le semestre d'hiver, trois événements consacrés à l'examen de la stratégie. 

Dès que le traitement du contenu de la stratégie et des premières étapes de sa mise en œuvre dans les circuits et les organes conduira ces derniers à se concentrer sur le mandat et l'affinement du profil, il conviendra d'aborder l'objectif de résultat e) (structures de l'Eglise) au niveau de la Conférence annuelle. Nous renvoyons par ailleurs aux rapports du Comité directeur suisse et du Comité Directeur français concernant les développements suivis et les décisions rendues dans leur domaine de compétences respectif. 

2. Motion concernant la marge de manœuvre accordée en matière de pourcentages de postes 

Le Conseil stratégique a débattu de ce sujet, mais, en raison de l'absence pour maladie de certains de ses membres, il n'est pas parvenu à élaborer dans le délai espéré un projet suffisamment mûr pour être présenté à la Conférence annuelle. Le Conseil stratégique a actuellement une bonne vue d'ensemble de la manière dont l'extension et le financement des postes des services centraux ont évolué au fil des dix dernières années et de quels organes disposent de quelles compétences. Dans une prochaine étape, il étudiera plusieurs modèles d'attribution des différentes compétences aux divers organes (Conférence annuelle - Conseil stratégique, organes individuels) pour l'avenir. Il reviendra sur ce sujet à la Conférence annuelle. 

3. Poursuite du travail sur le profil de l'EEM 

En 2007, la Conférence annuelle a décidé, au moment de l'adoption du profil de l'EEM, que deux points tirés du profil seraient choisis pour servir de thèmes prioritaires durant les trois à cinq années suivantes. A l'époque, les deux premiers points déterminés ont été: 

- Animés par la bonté de Dieu, nous transmettons son amour en paroles et en actes. 

- Animés par la passion de Dieu, nous nous engageons pour le bien de toutes et de tous dans la société. 

Le Conseil stratégique a eu un échange de vues sur les expériences réalisées en lien avec le profil de l'EEM. Ce faisant, il a constaté que certains circuits et organes étaient occupés à mettre en œuvre la stratégie. Il serait donc superflu de leur donner de nouveaux thèmes prioritaires. De plus, les points du profil suivis jusque-là correspondent parfaitement au thème de la stratégie. Sans compter que plusieurs circuits se sont attelés à l'ensemble du profil de l'EEM, ce qui peut s'avérer utile et judicieux. Conscient de ce phénomène, le Service Formation et Conseils a publié plusieurs articles dans le magazine «Kirche und Welt» au sujet de l'ensemble du profil de l'EEM. Le Conseil stratégique a donc décidé d'en rester aux deux thèmes prioritaires définis initialement. 

4. Thèmes et sujets prioritaires des prochaines 

conférences annuelles 

Le thème et le sujet prioritaire de la Conférence annuelle seront désormais déterminés par le Conseil stratégique, ce qui modifie les domaines de compétences et la collaboration entre le Conseil stratégique, le comité d'organisation local et le bureau de la Conférence annuelle. L'état d'avancement des travaux de planification pour les prochaines conférences annuelles se présente actuellement comme suit: 

2012: 

Lieu: les séances auront à nouveau lieu à Münsingen; au moment de la rédaction du présent rapport, le circuit chargé d'accueillir la conférence le dimanche n'a pas encore été défini. 

Thème prioritaire: au vu de la célébration des 10 ans de Connexio, le thème prioritaire portera sur la manière dont les méthodistes accomplissent ensemble, par le biais du réseau, de bonnes choses dans la mission et la diaconie. Connexio invitera des membres de nos Eglises partenaires afin de permettre des rencontres et des échanges et de faire découvrir les changements que le service de notre Eglise apporte aux quatre coins du monde. 

2013: 

Lieu: organisation locale des séances et du dimanche (cathédrale de Berne) par l'EEM de Berne. 

Thème prioritaire: encore ouvert. 

Le Conseil stratégique a approuvé une réorganisation des quatre délégations auprès des autres conférences annuelles. Désormais, il y aura un échange par année entre une personne de notre CA et une personne de l'une des trois conférences annuelles d'Allemagne (selon un tournus de trois ans entre les trois conférences allemandes), et un échange par année entre trois personnes de notre CA et trois personnes des six autres conférences annuelles de la Conférence centrale de l'Europe du Centre et du Sud, ce qui donne un tournus de deux ans pour chacune des conférences concernées. Pour ce qui est de la conférence annuelle provisoire d'Autriche, une personne de l'EEM Bregenz pourra assister en qualité d'hôte à la session prévue durant l'année intermédiaire. Cette réorganisation des délégations renforcera le contact au sein de la Conférence centrale, alors même que les restrictions de voyage en vigueur par le passé ont disparu depuis de nombreuses années déjà. L'ensemble des surintendants de la Conférence centrale salue ce changement. 

5. Perspectives 

La tâche prioritaire du Conseil stratégique est dictée par la mise en œuvre et le suivi de la stratégie. 

Outre la motion susmentionnée concernant la marge de manœuvre accordée en termes de pourcentages de postes, l'objectif restant parmi ceux définis l'année passée est le suivant: 

«Le Conseil stratégique veillera également à remodeler les sessions de la Conférence annuelle afin de mettre davantage l'accent sur les thèmes prioritaires, de faire en sorte que le traitement des rapports prenne moins de temps et de prévoir de plus grandes plages pour «conférer» sur des questions de fond.»  Evêque Patrick Streiff, président 


  fichier pdf 93 ko)