Session sur la phase senior de la vie

Conférence annuelle Suisse/France/Afrique du Nord du 4 au 7 juin 2009 à Dübendorf et à Zurich (Suisse)

Vieillesse, situation de la personne âgée dans notre société

Les jeunes séniors, un défi pour l’Église

La Conférence Annuelle (Synode) de l’Eglise évangélique méthodiste (EEM) a mis l’accent vendredi matin, sur le travail parmi les seniors. François Höpflinger, professeur de sociologie à l'Université de Zurich, a fait un exposé sur le thème  « Représentations de la vieillesse et réalités de l’âge ». Il a servi ensuite de base à des discussions en groupe.


Dans son exposé, le gérontologue Höpflinger est revenu sur la situation actuelle des personnes âgées et établit un constat: «Le grand âge en Europe a été et demeure toujours, marqué par une ambiguïté existentielle: d'une part, le grand âge est associé à l'affaiblissement physique et intellectuel comme à la fragilité la proximité de la mort. D'autre part, le grand âge est associé à l'expérience et à l’épanouissement spirituel (sagesse) ». Le professeur a visualisé les différentes phases du vieillissement avec des images impressionnantes tirées de la vie courante : la première concerne les personnes âgées encore actives à partir de 50 ans. La deuxième comprend les personnes encore en bonne santé et jouissant d’une retraite active. Plus les personnes âgées sont socialisées et vivent en réseau, plus elles ont de chance de vivre vieux : la socialisation, l’intégration sociale augmentent la longévité ; être en réseau favorise l’allongement de vie. Les chrétiens vivant en réseau en tirent bénéfice. Dans la troisième phase du grand âge, les personnes doivent faire face à une « fragilisation » croissante, tandis que la quatrième phase concerne des personnes devenues dépendantes et en fin de vie (intéressants projets pour cette catégorie de personnes, voir le site : http://www.intergeneration.ch). 


Le chercheur a souligné que les générations d'aujourd'hui vieillissent différemment de leurs ancêtres. « Les constatations faites sur les personnes âgées d'aujourd'hui disent peu sur l'avenir », a-t-il souligné. Concernant les personnes âgées arrivées au terme de leur existence, Höpflinger est d’avis que l'hétérogénéité de cette génération est plus grande que chez les jeunes. La nouvelle génération devra se préparer de plus en plus à aborder de manière responsable sa dernière tranche de vie. 

 

Höpflinger a déclaré que la nouvelle génération de personnes âgées avait d'autres exigences vis-à-vis des Eglises et de la religion que les précédentes. Il a en outre fait observer que les personnes âgées en troisième phase avaient d’autres besoins religieux et spirituels que les personnes âgées en quatrième phase. Ces hommes et femmes pleinement déterminés aimeraient vivre et mourir comme ils l’entendent. En outre, selon Höpflinger, on aurait besoin de nouveaux rituels au niveau de l'Eglise : par exemple, un rituel à l’occasion du départ à la retraite, une confirmation pour 10 ans de retraite, un autre pour les noces d’or, ou un rituel quand une personne âgée rend les clés de sa voiture, le jour où elle cesse de conduire son véhicule. Durant cette tranche d’âge, le travail autobiographique a aussi pleinement sa place.

 

Suite à l’exposé d’Höpflinger, les délégués de la Conférence ont formé des groupes et discuté du travail en cours dans les paroisses auprès des personnes âgées. Après quoi, il ont pu soumettre leurs demandes et questions au Professeur Höpflinger. Il en ressort le constat qu’il n'est pas facile d’atteindre la génération actuelle des seniors sur le plan de la communication. Le professeur avance diverses pistes intéressantes sous cet angle : le café narratif où les gens racontent sur leur vie passée en présence des plus jeunes (échanges croisés), café philosophique (pour aborder toutes sortes de thèmes avec l’appui d’images), expérience de théâtre (pour entretenir la mémoire), repas intergénérationnels (pour briser la solitude et valoriser leur personne). Le professeur met en garde contre la mentalité fort répandue de nos jours qui n’accrédite de la valeur qu’aux personnes capables de performances (héritage gréco-latin).

Les communautés de l’EEM ont bien l’intention de relever le défi des seniors.

Sur un simple clic, vous pouvez accéder à la conférence du professeur Höplinger.